Pau - Bordeaux - Lyon - Marseille - Toulon - La Seyne sur Mer - Amboise - Paris - Londres - Algérie

smala

De la Smala, il ne reste rien ou presque, quelques documents comme autant de possibilités de cette ville nomade conçue pour et dans la guerre contre la colonisation française de l'Algérie au XIXe siècle. Ce sont ces différentes possibilités que nous venons interroger dans chacune des villes où son « architecte » Abd el Kader fut emprisonné.




♦ Chto delat ?

Seyne-sur-mer, nous y sommes, un peu à l'étroit dans un appartement plus trouvé que choisi, un peu loin du quartier Berthe, où nous comptions installer notre lieu de vie temporaire. Nous nous y rendons donc en visiteur, en voisin, une ou plusieurs fois par jour.

Une bonne partie de notre emploi du temps paraphrase par inadvertance et sans fierté Lénine : « Chto delat? » « Que faire ? ».

Lire la suite

♦ Les prisonniers du fort Lamalgue en résidence au quartier Berthe - Projet


Décembre 1847. Abd el Kader se rend aux français, jure de ne jamais plus prendre les armes et demande à être conduit à Alexandrie ou à Saint Jean d'Accre. Les autorités militaires acceptent. Mais le gouvernement revient sur cette décision. C'est le début du périple d'Abd-el-Kader en France, territoire sur lequel il restera captif pendant 5 ans.

Janvier 1848. Abd el Kader, accompagné d'une centaine de personnes, débarquent à Toulon et sont placés au fort Lamague et au fort Malbousquet. Période flottante, les militaires sont chargés d’entretenir le doute quand à leur départ prochain. La mission du colonel Daumas est de faire en sorte qu’Abd-el-kader renonce de lui même à son désir de partir pour Alexandrie.

Lire la suite

Smala / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear